Sergio Leone Web Board
Welcome, Guest. Please login or register.
December 11, 2017, 08:27:08 AM
Home Help Search Calendar Login Register
News:


+  Sergio Leone Web Board
|-+  Films of Sergio Leone
| |-+  Duck, You Sucker (Moderators: cigar joe, moviesceleton, Dust Devil)
| | |-+  New French Restoration
0 Members and 1 Guest are viewing this topic. « previous next »
Pages: [1] Go Down Print
Author Topic: New French Restoration  (Read 2822 times)
Novecento
Bounty Killer
*****
Offline Offline

Posts: 1546



View Profile
« on: May 30, 2009, 08:33:09 AM »

Cannes 2009 - jour 6

Ne me parle pas de révolution

D'entrée, je savais que ce serait le meilleur film du festival. Une nouvelle fois, Giù la testa (Il était une fois...la révolution), réalisé par Sergio Leone en 1971 a été à la hauteur. C'est un film que j'ai découvert vers 10 ans dans la salle du quartier où j'habitais à Paris et j'ai été marqué à vie. Les nombreuses scènes d'exécution par fusillade m'avaient, et continuent de m'impressionner. Je me rends compte aujourd'hui qu'elles sont traitées par Leone comme les scènes de duel dans ses films précédent, un rituel mis en scène avec force détails et où le temps est comme suspendu. Que Leone leur ait donné cette place dans ce film là en dit assez long sur son état d'esprit du moment. C'est un film au destin chaotique. Au départ, Leone devait seulement le produire. Il envisage comme réalisateur Peter Bogdanovich mais ça se passe mal. Il rêve de Sam Peckinpah. Il y a finalement complot et il se retrouve aux commandes du film une semaine avant le début du tournage. C'est pourtant le film dans lequel il semble avoir mis le plus de lui-même, loin des jeux de la trilogie du dollar et de la superbe mécanique lyrique de C'éra une volta il west (Il était une fois dans l'ouest - 1968), loin du rêve étrange et pénétrant de C'era una volta in America (Il était une fois en Amérique - 1984).

Giù la testa s'ouvre sur le jet d'urine du péon-bandido Juan qui pisse contre un tronc d'arbre sur une colonie de fourmis. Vision assez rare si l'on y pense. Le repas dans la diligence, le sandwich de Juan, la tranche de citron de John, l'œuf gobé par Gunther Reza, c'est aussi un film de grande bouffe, ancré dans l'humain, dans ce qu'il a de plus animal. Mais aussi dans ce qu'il porte de rêves et d'espoirs brisés, tout ce que l'on peut lire dans le regard de John, les yeux magnifiques de James Coburn. Politique, épique, poétique, violent, drôle, déchirant, nostalgique, picaresque, sarcastique, c'est un film où Leone remplace pour une fois les citations cinéphiles par des notations personnelles comme les souvenirs de l'époque fasciste (Gunther Reza et les fosses Ardéatines) où son sentiment politique en pleines années de plomb avec la fameuse tirade de Juan à John.

Comme l'a écrit Giré dans son livre somme sur le western européen, Giù la testa est comme un bon vin, il vieillit bien. Chaque vision supplémentaire révèle de nouvelles saveurs. La version proposée ici était une restauration de la cinémathèque de Bologne, présentée par son directeur Gian Luca Farinelli accompagné des deux filles du maître dont on commémore, faut-il le rappeler le vingtième anniversaire de la disparition. Ses filles aussi sont très réussies. Quand j'étais jeune, les films de Leone étaient souvent repris en salle l'été. Ceux qui pensent le connaître parce qu'ils ont vu la belle édition DVD, même sur un joli home cinéma, ceux-là doivent absolument faire l'expérience de la salle. Il n'y a que là que se déploie toute la beauté de l'œuvre portée par les « Sean, Sean, Sean... » d'Ennio Morricone que vous fredonnerez toute la soirée et sans doute au delà. C'est Carlotta qui devrait assurer en France la ressortie salle du film et peut être une nouvelle édition DVD. Quien sabe ?

Le soir, j'ai diné avec des amis dont un journaliste à La Marseillaise. La conversation a roulé sur deux noms : Tarantino et Michael Haneke qui présentait ce jeudi Das Weisse Band (Le ruban blanc). C'est là que j'ai creusé l'idée que Cannes cette année avait organisé la confrontation brillante de deux conceptions opposées du cinéma. Comme je m'enflammait pour la scène où Mélanie Laurent se prépare pour la soirée dans Inglorious Basterds, je fis perfidement remarquer que Haneke ne savait pas filmer les femmes. « Il s'en moque, ce n'est pas son problème » me rétorqua le journaliste. C'est juste, mais c'est le mien. Haneke a fait jouer Huppert, Binoche, Noémie Watts, Aissa Maiga et Nathalie Richard, mais vous pouvez courir pour trouver un plan où elle sont belles. Je veux dire par là où l'on trouve de la beauté dans le regard du metteur en scène, de l'empathie, de l'amour pour son personnage. On cite souvent Bergman à propos du cinéaste autrichien, mais si dur que soit, disons Viskningar och rop (Cris et chuchotements - 1972), on trouve toujours cette beauté, cette sensibilité, cette sensualité dans la façon dont Bergman filme Harriet Andersson ou Liv Ullmann. Il est piquant de remarquer que l'une des scènes emblématiques d 'Antichrist de Lars von Trier est une auto-mutilation vaginale opérée par le personnage joué par Charlotte Gainsbourg, à rapprocher de celle effectuée, jute avant de diner, par le personnage joué par Isabelle Huppert dans La pianiste, film de Haneke. Faut-il voir dans le prix d'interprétation l'expression d'une solidarité ? Von Trier n'est pas un tendre non plus. Il a fait d'Emily Watson, Bjork et Nicole Kidman des figures de martyre et n'oublions jamais qu'il est celui qui fit aboyer Deneuve. Il y a un monde entre sa Kidman et celle de Kubrick, pourtant pas réputé comme émotif. Que mes lecteurs et surtout mes lectrices ne se méprennent pas. « Savoir filmer les femmes » n'est pas à prendre au pied de la lettre, où l'on voit le maçon, mais comme expression sensible. Il n'y à (presque) pas de femme dans Giù la testa, mais une telle façon de filmer le regard de James Coburn.


Logged
Novecento
Bounty Killer
*****
Offline Offline

Posts: 1546



View Profile
« Reply #1 on: May 30, 2009, 12:55:07 PM »

He basically talks about his feelings on the movie and then says a bit about filming woman and the lack of them in Giu La Testa . Here's a translation of the relevant section (pending correction by Noodles-Leone):

Comme l'a écrit Giré dans son livre somme sur le western européen, Giù la testa est comme un bon vin, il vieillit bien. Chaque vision supplémentaire révèle de nouvelles saveurs. La version proposée ici était une restauration de la cinémathèque de Bologne, présentée par son directeur Gian Luca Farinelli accompagné des deux filles du maître dont on commémore, faut-il le rappeler le vingtième anniversaire de la disparition. Ses filles aussi sont très réussies. Quand j'étais jeune, les films de Leone étaient souvent repris en salle l'été. Ceux qui pensent le connaître parce qu'ils ont vu la belle édition DVD, même sur un joli home cinéma, ceux-là doivent absolument faire l'expérience de la salle. Il n'y a que là que se déploie toute la beauté de l'œuvre portée par les « Sean, Sean, Sean... » d'Ennio Morricone que vous fredonnerez toute la soirée et sans doute au delà. C'est Carlotta qui devrait assurer en France la ressortie salle du film et peut être une nouvelle édition DVD. Quien sabe ?

As it is written by Giré in his 'livre-somme' on the European Western, Giù la Testa is like a good wine, it ages well. Each supplementary viewing reveals some new flavors. The version offered here is a restoration by the Bologne film library presented by its director Gian Luca Farinelli accompanied by the two daughters of the master of whom we commemorate, it is necessary to recall it, on the 20th anniversary of his death. His daughters are also very accomplished. When I was young, the films of Leone were often re-screened in cinemas in the summer. Those who think they know it because they have seen the beautiful DVD edition, even on a nice home cinema, those people should definitely partake in the experience in the cinema. It is only there that is deployed the beauty of the work carried by the “Sean, Sean Sean” of Ennio Morricone that you hum the whole evening and without doubt beyond then. It is Carlotta who should ensure in France the cinematic re-release and perhaps a new DVD edition. Quien sabe?

Logged
Novecento
Bounty Killer
*****
Offline Offline

Posts: 1546



View Profile
« Reply #2 on: May 30, 2009, 01:14:06 PM »

This part is also interesting although it's a pain to translate:

« Savoir filmer les femmes » n'est pas à prendre au pied de la lettre, où l'on voit le maçon, mais comme expression sensible. Il n'y à (presque) pas de femme dans Giù la testa, mais une telle façon de filmer le regard de James Coburn.

'Knowing how to film women' is not to take it all literally, where one sees the fundamentals, but as a sensitive expression. There are (almost) no women in Giu La Testa, but a certain way of filming the look of James Coburn.


Also, Noodles-Leone, is a livre-somme like a definitive/complete work or something?

Logged
dave jenkins
Bounty Killer
*****
Offline Offline

Posts: 13702

"One banana, two banana, three banana, four...."


View Profile
« Reply #3 on: May 31, 2009, 11:27:18 AM »

I'm not clear: what's the occasion of these comments? Did the French Restoration play at Cannes? If so, I'd like to know some things about this restoration: what is the film's running time, of what does the soundtrack consist, etc. (I realize he doesn't talk about anything technical, but I still want to know . . . )

Logged


That's what you get, Drink, for being such an annoying Melville fanboy.
Novecento
Bounty Killer
*****
Offline Offline

Posts: 1546



View Profile
« Reply #4 on: May 31, 2009, 07:26:42 PM »

No more information other than what I already translated I'm afraid. But, yes it did play on the 6th day (jour 6) at Cannes this year in this newly restored format.

Maybe an internet search could provide more details...

Logged
Pages: [1] Go Up Print 
« previous next »
Jump to:  



Visit FISTFUL-OF-LEONE.COM

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2015, Simple Machines
Page created in 0.034 seconds with 19 queries.